Notre histoire

(Photo: 1er bâtiment de la Mission en 1892 sis au 247 rue St-Antoine,  c’est ici que les participants à l’étude Biblique de TB Macaulay de Calvary Church ont commencé à offrir des services aux sans-abri)

Bookmark and Share

 

Il est environ 16 h à Montréal, il y a foule devant le refuge de Mission Bon Accueil, rue Saint-Antoine. Certains sont vieux, d’autres jeunes, d’autres ont l’air fatigué, certains ont l’air désemparé; Ils ont tous le regard fixé sur cette porte, attendant qu’elle s’ouvre, comme si elle était le sésame pour échapper à leur misère quotidienne. Certains d’entre eux semblent trop malades pour vivre dans la rue, d’autres sont secoués de tics nerveux. Leur aspect est affligeant, les passants détournent le regard et secouent la tête comme s’ils étaient invisibles. Voyez-vous, ce n’est pas une belle image pour le tourisme et cela donne l’impression que la Ville manque de professionnalisme et n’arrive pas à gérer la pauvreté. Cette scène se passe à seulement un jet de pierre d’un autre monde, celui très soigné des gens d’affaires, assis dans un café du centre-ville, profitant d’un déjeuner sympathique dans un bistrot tout en discutant de leurs derniers contrats. Les choses n’ont pas beaucoup changé depuis 1892 !

L’histoire de Mission Bon Accueil est celle d’hommes et de femmes qui consacrent leur vie à aider ceux qui sont exclus et marginalisés. Ces personnes ont donné du temps, de l’argent, occupé des emplois modestes/peu rémunérés à la Mission au mépris des sacrifices personnels que cela supposait. C’est l’histoire de Thomas Basset Macaulay, le troisième président de la compagnie d’assurance Sun Life, qui a donné de lui-même pour améliorer sa communauté et a fondé la Mission en 1892. Il aspirait à soulager les souffrances des hommes frappés par la pauvreté qu’il a vu dans les rues autour de la gare centrale au début du 20e siècle. Il a d’abord ouvert un centre d’accueil assorti d’une soupe populaire qui est devenu un refuge pour les sans-abri. C’est l’histoire de J.D Fraser, un homme qui a tout perdu à cause de l’alcoolisme, qui a été recueilli par Mission Bon Accueil dont il est finalement devenu le directeur. C’est l’histoire de «Papa» Kass, le flamboyant aumônier qui après avoir survécu au génocide arménien était encore capable d’accueillir les personnes les plus antipathiques qui se présentaient, de mettre ses bras autour d’eux, de les réconforter, de les traiter comme des frères comme s’il les connaissait depuis longtemps et de les conseiller. Parce que son appel était plus important que le rang social, il a décidé, à l’âge de 60 ans, d’aller nettoyer les planchers, les toilettes et effectuer d’autres tâches subalternes à Mission Bon Accueil, après avoir géré deux librairies de la Société biblique.

about-us-2-400-189_optimized

(Photo: Second bâtiment de Mission Bon Accueil en 1908, sis au 1017 rue St-Antoine)

Les valeurs et les principes de Mission Bon Accueil n’ont pas changé. Nous aimions et servions le Christ Jésus à nos débuts, et, nous l’aimons et le servons aujourd’hui encore. Nous faisons ce que nous devons avec excellence pour L’Éternel. Mission Bon Accueil est aujourd’hui devenue plus qu’un refuge, bien que ce volet de son œuvre soit toujours aussi important et occupe encore une grande place dans ses activités. Nous offrons une vaste gamme de services gratuits tels qu’une banque alimentaire desservant les familles qui sont dans le besoin, un programme d’aide aux jeunes filles-mères et leurs bébés, une clinique dentaire, un service à l’enfance et un service aux jeunes. Nous disposons d’un centre de traitement pour les hommes aux prises avec des dépendances et offrons bien plus encore. Aujourd’hui, Mission Bon Accueil emploie plus de 130 personnes à temps plein et plusieurs centaines de bénévoles qui travaillent dans quatre bâtiments situés dans divers secteurs de la Ville de Montréal.

Nous considérons avec fierté tous les sacrifices que nos prédécesseurs ont consentis et qui ont fait de Mission Bon Accueil ce qu’elle est aujourd’hui. Nous croyons que nous sommes un phare pour cette ville et ses habitants et nous n’avons qu’un seul mandat, un seul message et un seul ministère pour toute personne qui franchit nos portes: témoigner de l’amour de Dieu à ceux qui en ont le plus besoin !