Bonjour,

Ces infolettres et les histoires qu’elles contiennent sont tellement importantes.

Ensemble, nous voyons des Montréalais répondre à l’appel et s’aider les uns les autres. En cette période difficile, Montréal aide Montréal. Vos dons et votre collaboration nous permettent de réaliser des changements positifs et importants, mais nous ne pourrions y arriver sans vous.

Malgré les montagnes russes qu’elle nous a fait vivre, la pandémie a eu du bon pour nous. Elle a mis en lumière les inégalités et la souffrance cachées, ainsi que les difficultés que vivent les personnes en situation de pauvreté et d’itinérance. Elle nous a aussi donné l’occasion de voir clairement ce qui pouvait être fait, et de militer pour que ça se fasse.

C’est déchirant de voir des personnes vulnérables incapables d’utiliser tout leur potentiel. C’est pourquoi nous sommes plus déterminés que jamais à réinventer les anciens systèmes et à combler les lacunes, dans la mesure du possible. Notre objectif est d’offrir un véritable continuum de soins, y compris des services de santé mentale, des conseils pour traiter les dépendances et de l’aide au loyer. C’est ce qu’il faut pour empêcher ces personnes de vivre dans la rue.

Nous sommes enthousiastes à l’idée de ce qui nous attend, et très heureux de partager ce parcours avec vous. Merci de nous appuyer et d’investir pour faire de Montréal une ville dont nous pouvons tous être fiers.

Avec reconnaissance,

Samuel Watts

Président-directeur général

vous l’avez aidé à retrouver son chemin

Pendant des années, Jason a suivi la même routine : travailler, faire la fête, dormir, recommencer. La plupart de ses amis ont arrêté de faire la fête… mais pas Jason. Puis sa fille est née.

Cora était prématurée et les médecins leur ont annoncé au bout de quelques heures qu’elle ne survivrait pas. En raison d’une maladie génétique, ses organes ne s’étaient pas développés normalement, et elle est morte en moins d’une semaine.

Son décès a été très difficile pour Jason. Dès qu’il a appris la naissance prévue de Cora, elle est devenue sa raison d’être et l’a motivé à améliorer sa vie et à passer à la prochaine étape. Quand elle morte, il a eu l’impression d’avoir tout perdu. En plus, tout son entourage semblait préoccupé seulement par sa femme.

« Personne ne me demandait comment j’allais », déclare Jason.

« Ma fille était tout pour moi, et je l’ai perdue. Je me sentais vraiment seul. » – Jason

Jason buvait pour apaiser sa douleur. Il commençait à boire avant son travail, et se rendait directement au bar à la fin de son quart. Peu de temps après, il a même commencé à boire au travail, en cachant l’alcool dans une bouteille d’eau pour que personne ne s’en rende compte.

Quand son patron l’a surpris, il lui a offert l’occasion de demander de l’aide. Jason a plutôt démissionné. Il ne voulait pas d’aide, il était trop pris par son deuil.

Malgré tout, sa femme a donné naissance à une autre petite fille, Samantha. Mais Jason était perdu et sombrait dans un combat sans merci contre ses dépendances.

Pendant cette période, Jason a été embauché, puis renvoyé par près de 20 employeurs différents. Au moment de la naissance de Samantha, le couple avait de la peine à survivre et ses paiements de factures étaient très en retard.

Sa femme a finalement pris la décision difficile de retourner vivre chez ses parents avec sa fille.

Sans surprise, Jason a bientôt été expulsé de son logement. À l’âge de 37 ans, il était sans-abri. Pendant un an, il est passé de refuge en refuge, mendiant, empruntant et volant pour obtenir sa dose d’alcool. Jusqu’à ce qu’il apprenne que son frère le plus jeune vivait aussi dans la rue.

Il s’est rapidement tourné vers Mission Bon Accueil pour demander de l’aide, des ressources et du soutien.

Jason a vraiment travaillé fort pour reprendre sa vie en main. Aujourd’hui, il est sobre depuis un peu plus d’un an, il a trouvé un emploi de plongeur dans un restaurant, et a même déniché un petit appartement.

Il rêve maintenant de reprendre un jour contact avec sa fille. Et votre générosité lui a donné le coup de pouce dont il avait bien besoin. Merci de nous avoir permis de réaliser son histoire.

Réinventer les refuges, les soins de santé et le logement

Au bout de près d’un an d’opérations, nous avons fermé les portes de notre refuge d’urgence à l’Hôtel Place Dupuis. Nos services ont été officiellement transférés à l’hôpital de l’Hôtel Dieu, situé au 3840, rue Saint-Urbain. Cet emplacement est actuellement géré par le CIUSS Centre-Sud, Mission Bon Accueil et la Mission Old Brewery.

Ce nouveau site comprend 150 places, d’importantes ressources en soins de santé, un refuge accessible en tout temps et offre des évaluations pour l’accès à un logement permanent. L’Hôtel Dieu est ouvert à toutes les personnes en situation d’itinérance de 18 ans et plus, et accueille les hommes, les femmes, les personnes transgenres, celles à mobilité réduite ou ayant des animaux de compagnie et même les couples.

D’abord et avant tout, nous considérons l’itinérance comme un problème de santé. Deuxièmement, nous mettons l’accent sur le logement permanent à long terme.

Depuis son ouverture, le refuge de l’Hôtel Dieu atteint sa pleine capacité ou presque, et de nombreuses personnes sont dirigées vers des ressources internes de soins de santé et des ressources de logement permanent. Merci de nous aider à offrir des établissements comme l’Hôtel Dieu!

Un grand merci à Georges Laraque!

Quand les Canadiens de Montréal participaient aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley, Georges Laraque, l’ancien joueur devenu végane, a fait le pari de manger un poulet entier si l’équipe passait en ronde finale!

Un utilisateur de Twitter a incité Laraque à modifier l’enjeu. Ce pari amusant s’est rapidement transformé en collaboration extraordinaire avec Mission Bon Accueil. Ensemble, nous avons contribué à distribuer plus de 3 000 repas à des refuges et des personnes en situation d’itinérance à Montréal!

Merci à 91.9 Sports, à 15 restaurants véganes locaux et à notre chef Gabriel et son équipe. Et un merci tout particulier à la mairesse Valérie Plante et à Grande Loge du Québec pour son don très généreux.

C’est un excellent exemple de la façon dont Montréal se mobilise pour aider Montréal.